S’il le souhaite, aider le pervers narcissique à guérir

Extrait de mon petit forum et du sujet sur les pervers narcissiques, je dépose aussi ici, le fruit de mes observations et reflexions en souhaitant qu’elle puisse aider ceux qui ont affaire à un Pn :

« En préambule, un pervers narcissique ne peut guérir que s’il le veut vraiment, et s’il a pris vraiment conscience de ce qu’il est, en dehors de ces conditions, guérir lui est impossible car meme pas envisageable, il ne peut se remettre en question.

Si vous faites la recherche sur la toile, la réponse est prenez votre courage à deux mains, vos jambes à votre coup et fuyez.

Mais le pervers narcissique amène sa victime dans le filet de la relation affective.
Il se fait aimer, et quand on aime quelqu’un, il est difficile de mettre fin au lien, de manière brutale de surcroit, n’est ce pas?

Alors oui, si vous ne vous sentez pas la force de l’affronter, celle d’essayer de l’aider à sortir du piège qu’il s’est lui meme construit un jour en protection, fuyez.

Si vous vous sentez la trempe pour résister, ne jamais lacher prise, je pas y croire quand il vous fera son numéro de gentillesse aussi charmeuse que la danse du cobra pour vous endormir, alors vous avez une chance de parvenir à démolir la bulle dans laquelle il s’est enfermé et depuis laquelle il peut etre aussi dangereux pour celui qu’il attrape fermement au bout de sa ligne.

Une seule chose le destabilise, l’absence de prise. Si ses crochets ne parviennent pas à agripper, le Pn perd ses armes. Il entre dans la perplexité après la colère.
La colère elle existe tant qu’il peut essayer. Mais si en face, rien n’ébranle celui qu’il vise, c’est la situation imprévu.

Bien sur, si c’est une nouvelle proie, il passe son chemin. Mais nous sommes ici dans le cas de la proie déjà dans sa patte, celle qu’il torture pour etre tout puissant, pour demeurer le maitre de son monde vide et tout controler.

Le controle de tout ce qui se passe, de tout ce qu’il produit, de tout ce qui lui arrive, c’est sa sauvegarde, perdre le controle c’est se retrouver dans sa situation première, je n’existe quand tant qu’objet, on peut me manipuler comme on veut, je suis en danger, et la, la souffrance commence.

Le Pn s’attend à ce que tout intrusion dans son monde soit une attaque en puissance.
S’il ne peut s’en défendre, il est torturé par la peur.
Ce n’est pas qu’un monstre sadique et froid, meme si c’est ainsi qu’il parvient à vivre, c’est aussi un etre mal construit et qui vit dans une souffrance abominable, dont il se protege par son monde illusoire, sa magnifique tour d’ivoire vengeresse dont il fait sans arret le tour pour se donner l’illusion de maitriser ce qui l’entoure, donc ce qu’il est.

La victime doit donc se transformer en mur froid, aussi froid que les siens, lisse, aussi lisse que les siens et dur, bien plus dur que les siens.

C’est la bataille de l’impitoyable contre l’impitoyable, et le plus fort gagne.

Au bout d’un moment, ayant tout épuise, et compris que rien ne lui permet plus d’agir, il finit par comprendre, au départ pour cette personne là, et enfin, pour tout ce qui est, qu’il ne peut plus rentrer dans sa bulle, je cite un pn « ca ne marche plus ».

Ne lachez pas maintenant, car c’est à ce stade que c’est sans doute le plus « dangereux ». S’il trouvait une breche, la tentation serait trop forte, meme s’il a envie d’en finir avec son monde stérile, parce qu’il en a saisi la composante et les raisons d’etre ainsi que les conséquences à long terme, il y retournerait, le vieux reflexe est ancré.

Vous pouvez l’aider à se reconstruire en dehors, à l’abandonner mais en ne lachant pas la distance que vous avez du mettre entre vous et lui.

Il faut lui donner la démonstration quand vous le voyez agir, non plus par calcul, mais comme le véritable enfant qu’il demeure au fond de lui, que c’est visible, que cette attitude montre bien qu’il souffre comme un enfant qu’il est.

Vous provoquerez la panique et la fermeture, mais si vous demontrez que si, c’est comme ca que se comporte un enfant qui veut se rendre aimable pour etre aimé, si vous pouvez le faire calmement, sans sembler l’utiliser comme une arme, vous avez une chance d’ouvrir le dialogue et de faire entrer par la breche ouverte, l’idée qu’il peut etre compris et pas « utilisé ».

Il faut lui montrer un autre monde que celui de son vécu, lui faire entendre qu’il n’y a pas que « méchanville » (reference au livres d’enfant Mr bonhomme, dans l’histoire de mr gentil) mais qu’il y a aussi « gentiville », là où on peut etre, grandir, s’ouvrir en devenant soi meme, et sans que notre fragilité soit une arme pour l’autre, sans qu’on ai besoin de controler tout pour se proteger, sans que l’on ai besoin en permanence de se prouver à soi meme qu’on existe à part entière, parce que tout ca est inutile, il n’y a pas d’utilisateurs ni d’agresseurs, ni de tortionnaires comme on les a eu dans l’enfance (reference aux causes de la perversion narcissique).

Le pervers narcissique qui sort de son monde est pendant un temps indeterminé entre l’enfant à qui on prend doucement la main sans lui faire peur, un animal blessé à remettre en confiance et qui doit découvrir ses propres sentiments, balayés par le vécu et enfoui sous la tonne de souffrance et de révolte intérieure, et l’adulte, construit sur la violence envers l’autre, le rejet des sentiments et de l’autre, et l’existence par l’imitation du vécu : »l’autre n’est qu’un objet que je piétine pour exister ».

Il ne faut donc pas crier victoire et lacher la garde, ce serait immensément dommage pour vous comme pour lui.

C’est petit à petit qu’il pourra finir par perdre ou du moins controler les tendances à redevenir ce qu’il a été, et celà se fait pas à pas, par la découverte mais aussi par le controle, et la le controle de celui qui fait face et aide, qu’il n’y ai pas signe de rechute ou de breche dans laquelle il s’engouffrerait

Je pense qu’il faut enormement d’affection pour son prochain ou d’amour pour aider un Pn à guérir, à partir du moment, je le repete encore, que celui accepte ce qu’il est, se regarde vraiment dans le miroir, trouve ca insupportable et veuille en sortir et uniquement à partir de ce moment là.

Je ne crois pas qu’une « déformation » liée à l’affectif de l’enfant soit inguérissable. Il faut trouver le chemin, le moyen aussi tordu et difficile soit il.

Et le Pn lui est classé en psy pour un cas desesperé.. Moi, je crois en bien plus que l’humain et en la petite lumière quelque part en chacun de nous,aussi faible soit elle.
Ceux qui ne l’ont pas appartiennent, pour moi qui croit en certaines choses, au monde de l’Ombre, et ils sont plus rares qu’on ne pense, mais ceux là, je l’accorde, il n’y a pas de guérison, mais de toute façon, il n’y a pas de troubles, c’est leur choix, la différence est là. »

Amitié et Lumière!
Mao

 

S'il le souhaite, aider le pervers narcissique à guérir dans Developpement personnel link

 

 

 

Vous pouvez laisser une réponse.

25 Commentaires Commenter.

1 2 3
  1. le 15 juin 2014 à 16:23 Mao écrit:

    il peut guérir, s’il le veut et seulement s’il le veut. Mais ca restera pour lui un chemin très douloureux, parmi ceux qui doivent plonger dans leurs douleurs passées pour guérir, c’est parmi les plus durs chemins. Par contre il faut aussi quand on est victime s’aider, et en s’aidant on devient plus fort, et on le pousse dans le couloir de sa sauvegarde. Ne vous oubliez pas, c’est essentiel pour les deux, et tout d’abord pour vous, parce qu’on ne peut bien aider qu’en s’aidant. Plein de Lumière. Mao

  2. le 13 juin 2014 à 17:59 Martine écrit:

    Merci de dire qu’on peut guérir un pn cela me rassure . J’y suis confrontée tous les jours et cela n’est pas facile .

  3. le 21 décembre 2013 à 11:45 Mao écrit:

    Il vous faut apprendre à vous aimer. Ca peut paraitre etrange, mais le trouble pn implique de ne pas se reconnaitre, de ne pas trouver sa « consistance ».
    Faites connaissance avec vous meme, que ce soit par le yoga, la gym, souvent une activité physique car en prenant conscience de son coprs, donc de son enveloppe, on prend conscience de soi.
    Et il faut retrouver la source de ce trouble, hélas, c’est très douloureux, car il passe par la négation la plus totale de son individu.
    Ce que vous avez reproduit pour d’autre que vous enviez pour toutes ces qualités que vous ne vous trouviez pas, pour cette aura qu’ils dégagaient, vous qui vous sentez si vide.
    Ainsi, lentement mais surement, vous pouvez vous extraire du trouble et construire (non pas reconstruire mais bien construire) votre être avec ce qu’il y a en vous, car nous avons tous le matériau mais dans votre cas on ne vous a pas appris à l’utiliser seul ni à l’utislier du tout.
    Ne passez pas votre temps à vous mortifier pour ce que vous avez fait. Il vous faut apprendre à vous pardonner, parce que ca voudra dire que vous vous serez compris, encore une fois reconnu. Bien sur vous n’excuserez pas vos actes passés pour autant, mais ils pourront devenir le garde fou et la force aussi pour aller de l’avant dans un chemin totalement différent.
    Votre fils, ce sera le chemin de vous à vous qui vous amenera à lui et à le reconnaitre, il est un miroir, et plus vous l’y verrez exister plus vous existerez, en lui donnant la reconnaissance, vous vous l’accordez. Et lui ça l’aidera à guérir. votre épouse, si elle peut guérir de sa propre faille, n’aura plus peur de vous, ne vous en voudra plus, mais en guérissant, il est à prévoir qu’elle se détache de vous. Hélas pour toute guérison, il y a un prix à payer qu’on le veuille ou non.
    Plein de Lumière sur votre route.
    Mao

  4. le 21 décembre 2013 à 11:38 Mao écrit:

    Merci à vous d’avoir pris le temps de venir déposer ce petit mot.
    Je vous souhaite un très beau et heureux chemin.
    Plein de Lumière
    May

  5. le 20 décembre 2013 à 15:33 Fleur d'Aubépine écrit:

    Mao

    Un petit message pour vous dire merci. Avec le recul et un travail sur moi même ,vos paroles ont pris tout leur sens et je vais bien.
    Plein de lumière à vous aussi.

1 2 3

Laisser un commentaire

sophie_astuces |
Violence conjugale |
Psychothérapeute PAU |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Soleil levant
| Au coeur de la fibromyalgie
| Conseil de l'Ordre Inf...